AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Eden Fae Milocevic [Terminé!]

Aller en bas 
AuteurMessage
Eden Fae Milosevic
Seconde Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 389
Age : 29
Mon Année scolaire : 2ième année
Ma Pensé actuelle : Moi, penser?
Date d'inscription : 30/09/2007

/!\ A savoir /!\
Mes secrets ...:
Mon personnage se trouve ici:

MessageSujet: Eden Fae Milocevic [Terminé!]   Dim 30 Sep - 1:34

I. Identité


Nom : Le nom de mon père est un nom qui a été très médiatisé, mais qui heureusement n'a pas affecté ma famille, qui avait déjà immigré en Angleterre lors des grands conflits avec l'ex-président communistes. Ma mère est d'ailleurs une anglaise, mais je n'ai pas hérité de son nom, Winehouse, qui ne représente pour sa part aucune part d'histoire, uniquement des mérites non-vantés, ce qui aurait dû être fait, mais je vais vous raconter ça plus tard, sinon je risque de passer des heures uniquement sur les origines de mon nom.
Prénom : Eden Fae Ilari, ou autrement dit sans commentaire. Un nom long, imprononçable par moment, puisque Fae, qui se prononce "fée", se massacre souvent en un "Fa". Tout au long de ma vie j'ai dû encaisser les rectifications des suppléants ignorants qui bien entendu ne connaissaient absolument rien de ma famille. Bande d'incultes, en effet, mais ce n'est pas le principal sujet. Ma mère étant une grande philosophe, elle rêvait d'appeller sa première fille Eden. Fae était une petite touche d'excentricité de sa part et Ilari était le prénom de ma grand-mère paternelle.
Surnom : Mes surnoms? On m'en a donné des multitudes, et je n'arriverais jamais à tous les recompter tellement ils sont nombreux. Mon petit frère m'appelle souvent Tinkerbell, pour mon prénom Fae (fée). Les gens sinon se contentent en général de m'appeller Eden, ou Fae, justement. Libre à vous de me trouver autre chose, sans que ça tombe bien sûr dans le ridicule.
Date de naissance : Je suis née à Berlin, il y aura 21 ans en Avril, dans un hôpital qui était à une vingtaine de minutes de la résidence secondaire de mes parents, que mon grand-père avait offert à mon père comme cadeau de mariage. Le 24 Avril 1987, plus précisément, je suis venue au monde.
Âge : Je suis présentement âgée de 20 ans, je n'ai même pas atteint la majorité officielle à New York. Je ne peux donc techniquement pas faire tout ce que je veux, vivre ma vie en toute liberté (que je fantasme depuis des lustres). Enfin, toute liberté c'est vite dit, on est jamais totalement libres de tout. En particulier lorsque l'on est dans l'Upper Class, les choses se compliquent tellement. Des restrictions plein la tête, on vous labourre le crâne avec des principes et tout et tout. J'ai 20 ans, ne suis même pas majeure, mais on réussit à me forcer à agir comme si j'en avais déjà 40, sans les opportunités intéressantes. Normal, docteur?
Lieu de naissance : Je suis née à Berlin, même si je ne suis pas allemande.. Enfin, il me semble. En fait, comme je l'ai déjà expliqué, je suis née plus tôt que prévu dans la résidence secondaire de mes parents. J'ai passé les premières années de ma vie en Europe, en Angleterre plus précisément, mais mes parents sont déménagés à New York pour des idées de grandeur. En fait, mon père a souhaité quitter Oxford pour affaires, et les choses ont été en son sens, comme à l'habitude.
Nationalité : Étant donné ma naissance imprévue, j'ai la citoyenneté Allemande. La famille de mon père est d'origine Serbe majoritairement, mais on peut retracer de nombreux grecs, italiens, français et même quelques irlandais parmis mes nombreuses origines. Il n'a parcontre jamais vécu en Serbie, puisque mes grands-parents avaient déjà quitté le pays pour l'Angleterre avant la naissance de son frère aîné. Chez ma mère, parcontre, le sang est majoritairement anglais. Bien entendu, il y a quelques allemands, quelques français, mais rien qui ne touche à mon sang. Deux origines sont réellement à retenir en fait, et ce sont les origines serbes et anglaises.
Famille : Mes grands-parents sont tous encore en vie, d'ailleurs je suis assez proche d'eux, contrairement à plusieurs jeunes de ma génération. J'ai même plusieurs affinités que je n'ai pas avec mes propres parents, ce qui peut paraître un peu particulier si on note la situation dans laquelle je suis. Je ne les vois pas très souvent, c'est probablement ce qui fait toute la différence, puisqu'ils sont tous restés en Angleterre, que j'ai quitté lorsque j'étais enfant et que mon petit frère n'était même pas né. Parlons d'ailleurs de celui-ci. Je ne m'entends pas particulièrement avec mon frère, il est trop superficiel déjà à son âge (je suis la malheureuse grande soeur d'un gamin de 15 ans, au secours) et passe son temps à claquer son argent de poche dans des futilités. Il tente de la jouer "comme les grands" et est totalement immature. Mais il peut s'avérer pratique par moment, mais je risque de m'éloigner du sujet si je commence à vous énumérer des annecdotes. Enfin donc, mon frère est une masse d'ennuis. Mes parents parcontre ne semblent pas le réaliser. D'ailleurs, laissez-moi vous introduire à ceux-ci. Ma mère est nutritionniste, elle a écrit déjà quatre livres là-dessus. C'est sa grande passion, nous priver de nourriture. Enfin, pas nous priver, mais pour elle chaque aliment doit avoir ses restrictions. C'est une des raisons pour lesquelles je m'évade assez souvent pour manger au restaurant avec des amis. Je m'entends bien sûr très bien avec elle, mais parfois elle me pompe l'air, comme c'est probablement le métier des parents. Avec mon père parcontre, la chose est différente. Nous ne nous parlons presque pas, ou très peu, mais nos discussions sont toujours très portées et très réfléchies. Il n'est pas très "familial" et semble toujours obsédé par son travail, ce qui est probablement vrai. Mais il reste mon père, et même s'il est un peu coincé, je l'aime tout de même.
Situation Familiale : Je suis une éternelle célibataire, enfin pas vraiment éternelle, j'ai déjà été en couple, mais je préfère pour l'instant ne pas m'investir dans une relation trop personnelle. Ce genre de choses me font toujours courir à ma perte, car je suis du genre à avoir la tête dans les nuages et ne penser qu'à ça, oublier carrément que j'ai une vie en dehors de l'amour. Un peu fleur bleu, peut-être, mais c'est pour ça que je préfère m'abstenir, car j'aurais peut-être l'air parfaitement ridicule. Et de toute façon, je ne pense pas rencontrer quelqu'un qui puisse me supporter, du moins pas sans faire de grands efforts!
Groupe : C'est marrant de voir à quel point partout où on va dans la vie on doit être classés. À croire que les êtres humains sont comme dans des petites boîtes sur des étagères poussiéreuses... Enfin bref, je vais arrêter mon délire parce que ça risque de mal tourner. Je me considèrerais comme une Rich&Simple, parce que tout simplement je n'ai pas tant besoin d'argent que ça, pourtant mon compte en banque est bien là et son contenu est loin d'être modique.
Année Scolaire : Je suis en seconde cette année, et je compte me surpasser! (Déjà, dit comme ça, ça ne semble pas très sérieux comme but.)
Interne ou Externe? : [i]Externe. J'ai assez horreur de l'école comme ça, j'irai certainement pas y vivre en permanence!

Métier : Je suis chômeuse. Enfin, plus sérieusement je ne travaille pas, ou plutôt presque pas. Je fais du bénévolat auprès de personnes âgées. Je lis des bouquins, assez calme comme job. Enfin, je le fais surtout pour me tourner un peu moins les pouces, car l'argent ne me servirait pas à grand chose même si j'en gagnais. Mais j'aspire à avoir un vrai job un jour, peut-être devenir quelqu'un d'important, mais avant ça il me faudra peut-être prendre un petit coup de maturité.
Petite histoire : Amanda Winehouse, c'est-à-dire ma mère, venait d'une famille prospère et reconnue. Mon grand-père, Lord Michael Winehouse, siégeait auprès des gens importants en Angleterre, tandis que sa femme, ma grand-mère Melusia Jane Kensington, était actrice. Elle avait d'ailleurs travaillé avec les grands. Audrey Hepburn, Jean Harlow, elle les avait toutes connues personnellement. C'était une famille particulière, car rien ne les unissait réellement. Une artiste avec un homme politique. Heureusement qu'un étrange amour les unissait, le divorce aurait sinon été imminant dans leur couple. Ils avaient vécu prospèrement, pour ne pas dire une vie de riches, et ma mère comptait pour sa part se rendre utile pour la société, combattant la malbouffe qui commençait déjà à se faire populaire populaire à la fin des années soixante-dix. Elle n'avait jamais été très inspirée par celle-ci et suivait son alimentation de près, ce fut la raison première de son envie de devenir nutritionniste. Innutile de dire qu'avec les relations de mon grand-père, son nom fut transmis rapidement et elle devint beaucoup plus importante qu'une simple nutritionniste, conseillant des restaurateurs qui cherchaient à viser une alimentation plus santé pour leurs consommateurs. Elle fut invitée à de nombreuses ouvertures de restaurents à London et un peu partout en Angleterre, faisant même à une époque partie des chroniqueuses de nombreux magasines tels que Closer, Glamour, Cosmopolitan et autres qui apparaissent sur son curriculum vitae. Tout allait pour le mieux pour elle, mais les choses devinrent encore mieux lorsqu'elle rencontra Frederiech Milosevic. Milosevic venait d'une famille importante d'hommes d'affaires. Ses frères étaient comptables et réussissaient assez bien, son père était en publicité et en développement d'affaires. Lui allait développer ses affaires. Il avait beaucoup de volonté, beaucoup d'amis et ce fut d'ailleurs lors d'un repas d'affaires qu'il rencontra ma mère. L'ouverture d'un des premiers restaurants "vegan" de London était médiatisée. Des gens qui ne mangeaient rien de dérivé d'un animal? Son employeur de l'époque avait été curieux de voir ça et avait invité son meilleur employé à un dîner d'affaires, à l'ouverture officielle du restaurent. Qui de mieux pour innaugurer un restaurant que la fameuse Amanda Winehouse, vous aurait-on dit. Eh bien, elle était là, et ce fut une sorte de coup de foudre pour eux deux. Les fréquentations durèrent longtemps, et leur mariage eut des répercussions bénéfiques pour les affaires de l'un comme de l'autre.
Amanda rêvait d'une famille, Frederiech rêvait d'un job haut placé. Les connaissances et les relations de son beau-père lui firent monter les échelons rapidement, le poussant très haut et l'encourageant à déménager au centre boursier qui déjà, dans les années quatre-vingts, était plutôt énorme. Mais quelque chose troubla leurs projets déjà bien avancés, et ce quelque chose fut moi qui décida de me placer dans ce cadre familial basé sur les carrières respectives de l'un et de l'autre. En effet, alors qu'ils recherchaient déjà une nouvelle maison à Manhattan, ma mère venait d'apprendre une grossesse surprise. Ses espoirs de vie de famille furent comblés et les projets de déménagement furent mis de côté, à la grande déception de Frederiech qui se réjouit tout de même de l'imprévu. Mon père parcontre ne changea pas ses habitudes de travail. Il bossait toujours trop, oubliant quelques fois que ma mère était enceinte. Il veillait jusqu'aux petites heures, fixant des dossiers emplis de chiffres qui ne voulaient rien dire pour ma mère, tandis que celle-ci s'était déjà mise à écrire son premier livre. Tout au long de sa grossesse, ma mère avait été très inspirée par une idée de régime alimentaire pour les femmes enceintes. Son projet porta fruit, les gens se montraient maintenant intéressés alors que son livre était en état d'ébauche. Pour changer du temps grisâtre de Londres et surtout pour travailler en paix loin de son cercle social, ma mère proposa à mon père de prendre des vacances dans la maison de Berlin, où ils allaient de temps à autres pour changer d'air. Ce fut là-bas que ma mère s'appliqua à l'écriture de son livre, ce fut aussi là-bas qu'elle donna naissance à sa première et unique fille, moi. L'idée d'avoir une fille sembla redonner du tonic à mon père qui n'avait pas vraiment profité de ses vacances. Lors du retour à London, les coups de téléphone fusaient de partout, tout le monde demandait à voir l'héritière Milocevic/Winehouse. Savoir à quoi je ressemblerais semblait être une intrigue nationale, puisque les gens y portèrent une attention aujourd'hui réservée aux enfants de stars.

Une autre chose qui était en lien avec ma naissance fut le livre de ma mère qui fut achevé quelques semaines après notre retour en Angleterre. Il fut un réel succès auprès des femmes enceintes et de celles qui comptaient tomber enceintes. C'était impressionnant de voir à quel point les gens pouvaient s'intéresser à n'importe quoi capable de maintenir un poids raisonnable. Le livre d'Amanda Winehouse s'était vendu à plus de huit millions d'exemplaires en quelques semaines. On en parla dans plusieurs talk-shows et fut classé parmis les livres les plus vendus en Angleterre. Après une entente entre mon père et des éditeurs américains, le livre fut publié aux États-Unis où il eut un succès presque aussi important qu'en Angleterre. Ce fut alors le déclic, mes parents ne pouvaient pas rester bien longtemps encore à London, les affaires marchaient trop bien en dehors de l'Europe. Ils conclurent une entente, se promettant qu'à mes cinq ans, ils entâmeraient les procédures pour aller vivre pleinement à New York, là où mon père recevait incessament des offres d'emploi dans les plus grands bureaux du Financial District de Manhattan. Ma mère s'était elle aussi fait offrir plusieurs postes en tant que nutritionniste, même en temps que chroniqueuse dans des revues féminines. Elle ne comptait pourtant pas s'embarquer dans des choses qu'elle avait fait à son commencement, et refusait les offres qu'on lui faisait, attendant toujours le moment opportun.
Mais jusqu'à présent, je ne parle que de mes parents, ce qui n'est pas très instructif sur ma vie à moi. J'étais une enfant qui se cachait très peu sous les jupes de ses parents et dès mon plus jeune âge, j'aimais faire les choses par moi-même, c'est pourquoi je vais faire abstraction un instant de mes parents pour vous raconter mon enfance à moi, et non la vie de mes parents avec moi comme personnage secondaire de l'histoire. Ainsi donc, après ma naissance, mes parents et moi retournâmes à London, ville où je passai exactement les cinq premières années de ma vie. Je m'y fis beaucoup d'amis, certes, certains que je ne connais plus, dont j'ai totalement perdu contact et qui sont probablement très loin de ce que je suis devenue à l'instant. Je me devais de vivre en parfaite entente avec les enfants des amis de mes parents, c'est-à-dire des employés de mon père, des associés de mon père, des amies de ma mère qu'elle avait depuis longtemps et qui n'étaient nullement liées à elle sur le point professionnel. Des enfants riches, qui vivaient malgré leur plus jeune âge avec probablement une certaine conscience qu'ils avaient beaucoup de pouvoir. Ce que je me suis toujours refusée de croire, parce que pour moi le monde ne se résume pas au mot "argent", contrairement à ce que l'on pourrait croire avec mes propos. Bien sûr, il est difficile de croire qu'une enfant de deux ans ait une conscience monnétaire réelle, mais lorsque vos parents font partie d'une classe importante et que vous voyez tous les jours autour de vous des gens ordinaires qui n'ont pas votre chance, même au plus jeune âge vous réalisez qu'il existe quelque chose de moins puissant que vous. À peine sortie de la pouponnière, j'avais déjà un compte en banque prévu qui se comptaient dans les six ou sept chiffres. Mes "amis" étaient tous ainsi, les bébés formaient une élite, en quelque sorte. La plupart d'entre nous n'en avaient pas totalement conscience, mais certains devaient le réaliser et en profiter un maximum déjà.


Dernière édition par le Dim 30 Sep - 8:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Fae Milosevic
Seconde Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 389
Age : 29
Mon Année scolaire : 2ième année
Ma Pensé actuelle : Moi, penser?
Date d'inscription : 30/09/2007

/!\ A savoir /!\
Mes secrets ...:
Mon personnage se trouve ici:

MessageSujet: Re: Eden Fae Milocevic [Terminé!]   Dim 30 Sep - 7:45

Mon enfance à Londres se déroula presque sans problèmes, si on oublie ces idées de status sociaux, l'idée que mes parents et ceux de mes amis avaient de l'argent, que nous ne pouvions pas traîner avec telle ou telle personne (ou du moins mon père ne voulait pas que je traîne avec telle ou telle personne) . Nous étions jeunes et déjà on nous dictait une conduite d'adultes, une conduite hautaine et que je dédaigne aujourd'hui, car beaucoup de gens autour de moi l'arborent alors que j'ai tout fait pour m'en éloigner le plus durement possible. À quatre ans, je prenais conscience de ce qu'était une classe sociale, et ce n'était pas amusant du tout. Les petites filles en Burberry, en Lacoste et en D&G pour enfants étaient mes seules amies, les garçons habillés en Gucci étaient les cavaliers que nous pouvions avoir, même si comme tous les enfants je dédaignais les garçons et les garçons dédaignaient les filles à cet âge, c'était une restriction que mon père et beaucoup d'autres parents jugeaient "bonne pour notre éducation". Lorsque mes parents reprirent leurs recherches pour notre déménagement à New York, je pris espoir que les choses changeraient, bien entendu je me faisais des illusions. En fait, je ne pense pas que les choses aient changé, je crois qu'elles sont devenues pires avec le déménagement dans l'Upper East Side. J'avais cinq ans lorsque j'y suis arrivée, et je commmençais l'école. Je me fis quelques amis, mais je dus bien rapidement me faire à l'idée que la plupart de ceux-ci n'étaient pas "assez bien" pour mon père.
L'idée était que pour son image, il fallait se transformer en robot sans émotions. Ma mère n'en souffrait pas, elle même occupée par son travail, et j'étais la plupart du temps seule ou à traîner avec des nurses et des "amies". Encore une fois imposées par le régime dictateur nommé Papa. Son image lui a toujours tenu à coeur et dans un sens il ne fallait pas lui en vouloir, avec le niveau qu'il avait atteint.
Mon père avait son propre bureau, ses propres affaires. Il était son propre patron et communiquait avec des gens de partout dans le monde. Il devenait puissant, comme tous les hommes du Financial District de Manhattan, et pour lui, il ne fallait pas qu'on l'associe au "Père d'une Fillette Indigne". Les choses allaient pour le mieux pour lui tant qu'il contrôlait tout, mais malheureusement certaines choses échappaient à son contrôle.

Ma mère annonça à mon père une nouvelle grossesse alors que j'étais âgée de 5 ans, que nous avions emménagé quelques mois plus tôt et que les choses semblaient enfin aller pour le mieux. Il faut tout de même noter que pour mon père, rien n'était jamais Exactement "pour le mieux" car il trouvait toujours quelque chose à critiquer. Cette fois-ci, parcontre, il préféra ne rien dire et se réjouire. En particulier lorsque l'échographie annonça que j'allais avoir un petit frère. Quoi de plus réjouissant pour mon père que d'avoir quelqu'un pour prendre la relève un jour? Je ne sais pas trop, mais je me rappelle avoir été un peu jalouse à cette époque du soudain intérêt de mon père pour la vie de famille. Alors que ma mère était enceinte, il travaillait moins, surveillait les alllées et venues de celle-ci dans la maison, l'aidant à tout faire, engageant des femmes de ménages encore plus multiples que celles que nous avions déjà. Il ne voulait pas que quelque chose tourne mal. Le principe de tout contrôler, tout planifier, c'était encore là cette parcelle de sa personnalité qui agissait. Il se montrait plus gentil avec moi, probablement parce qu'il voulait un calme impeccable dans la maison, et semblait calculer les neuf mois de grossesse avec impatience, guettant les gestes de ma mère dans son sommeil comme si son ventre risquait d'exploser au moindre mouvement brusque de la part de celle-ci.
La nouvelle heureuse au début se présenta finalement comme un cauchemard pour moi. Je n'avais plus aucune attention, si c'était vraiment possible de la part de mes parents. Laissée à moi-même, on me disait de m'occuper et mes parents achetaient n'importe quel jouet pour combler se manque de présence parentale. Cette présence parentale qu'ils accordaient à mon frère qui n'était même pas encore né, soit dit en passant. J'ai peut-être toujours été un peu jalouse de lui. C'est une attitude très sexiste et probablement erronnée mais j'ai longtemps supposé que le fait que mon frère soit un garçon était en partie la raison pour laquelle mon père y accordait soudainement une grande importance. Lui qui n'avait jamais vraiment été préoccupé par sa famille, pour qui sa vie se résumait au travail, soudainement devenait le père idéal. Enfin, tout est relatif et mon père en était certainement la preuve vivante.

Le tournant décisif de la vie de ma famille vint finalement à naître. Le retour de mes parents à la maison avec le poupon me fait encore l'effet, dans les vagues souvenirs que j'en ai, d'une secousse sysmique. Tout c'était passé trop vite et à la fois trop lentement, et je n'ai pas vu venir le temps. Il me semble qu'il a grandit très rapidement, que le temps a passé très rapidement. Je me revois déjà à onze ans, alors que mon frère en avait presque six et que son anniversaire approchait à grands pas. Il ne cessait de m'embêter, se trouvant soudainement plus grand et plus fort que moi car c'était son anniversaire de six ans, et il croyait devenir l'homme de la maison. Mes parents préparaient la fête avec dévotion, lui avaient acheté tout ce qu'il désirait, et la liste avait été très longue pour l'information. Je revois la multitude de bambins tous habillés par les grands couturiers qui se lançaient du gâteau, qui s'insultaient et se narguaient, une véritable horde de démons. Mon frère, bien que plus jeune que moi, avec son armée de gamins, me faisait la vie dûre. Je me rappelle m'être enfermée dans ma chambre sans que mes parents ne le réalisent avant la nuit tombée.
À mes onze ans, j'étais une enfant qu'on aurait bien pu prétendre "banale" si mon frère n'avait pas été dans le décor pour prôner le fait que ma famille avait beaucoup d'argent. Je passais le plus clair de mon temps avec mes amies à tenter de l'oublier, profitant parfois qu'il ne soit pas là pour mentir sur mon compte, prétendant que ma mère était institutrice et mon père mécanicien. Malheureusement, les choses n'étaient pas aussi faciles et je ne prenais pas beaucoup de temps à être repérée. Ce qui m'agaçait au plus haut point et je me jurrais de me vanger un jour, ce que je n'ai pourtant jamais fait. Lorsque l'on est enfant, de toute façon, nos promesses ne comptent pas réellement. Enfin, je l'espère, car je risque d'avoir bien des ennuis sinon.

Parlons maintenant de mon adolescence. Le véritable calvaire de tout le monde, probablement. Je détestais l'argent et me sentais comme une véritable fille normale à cette époque. Je n'aimais pas le luxe, contrairement à mon petit frère insupportable, et me tenais plutôt loin des jeunes qui se ventaient comme lui de leur argent. Âgée de 14 ans, j'eus mon premier petit ami qui était pourtant comme ça, lui aussi. Je me suis faite avoir en beauté, probablement, lorsqu'il raconta à tout le monde que nous avions couché ensemble, même si c'était totalement faux. À 14 ans, j'étais probablement beaucoup trop coincée pour ce genre de choses, contrairement à d'autres filles du même "status social" qui elles étaient de vraies filles faciles, déjà très jeunes. Moi j'étais avec mon petit groupe d'amis, certains garçons dans le lot, pas particulièrement riches pour la plupart. J'étais simple et à cette époque, j'ai finalement réussis à m'épanouir, vivant ma vie comme je l'entendais. Je tenais enfin tête à mes parents, faisait la fête comme je le voulais. Vers mes seize ans, d'ailleurs, ce fut moi qui organisa La fête de l'école. Ce fut la première fois que je ne fus pas la petite fille qui avait honte de son argent. Je faisais la fête, m'amusais et rencontrait des gens trop âgés pour que je puisse les fréquenter. Ce fut la première fois où je fis l'amour, d'ailleurs, un peu trop saoule. Je ne sais même pas quel âge avait le type, ni même qui c'était. Mais je m'en fichais à ce moment-là, j'étais peut-être un peu plus "normale" aux yeux du monde. Enfin, normale, tout est relatif. J'eus une petite période droguée, je fumai aussi la cigarette, m'amusais et faisait toutes les folies que font les adolescentes. Le goût de la fête m'a d'ailleurs toujours resté, même si j'ai renoncé aux substances illicites et aux orgies de boissons toutes plus fortes les unes que les autres.
Je graduai d'ailleurs dans les règles de l'art, avec un bal et un cavalier, flirtant avec un autre parce que déjà avant la soirée véritablement entâmée j'avais trop bu. Ce fut une soirée mémorable, et à la fin de la nuit j'étais nommée reine de la promo parce que j'avais dansé sur une table et étais tombée sur un couple de chaperons. Tout allait pour le mieux, c'était le cas de le dire.

J'ai commencé l'université un an plus tard, sans savoir réellement ce que je voulais faire. D'ailleurs encore aujourd'hui je me demande ce que je fais en langues. J'ai envie de voyager, peut-être de faire de l'aide humanitaire ou devenir interprète. Ce serait plausible, moi qui aime parler avec différentes personnes et qui ne se fie pas aux apparances. Étant une personne assez simple, je suppose que dans cette voie je pourrais peut-être être heureuse, à moins bien entendu que je sois à côté de la plaque...Ce qui pourrait tout aussi bien être plausible.



II. Goûts


Aime : J'aime faire la fête! Non, plus sérieusement, c'est probablement là-dedans que je devrais songer à faire carrière. J'aime m'amuser, ne pas prendre la vie trop au sérieux. Faire des folies, sans dépenser des fortunes parce que je n'y vois pas l'intérêt. Les meilleures fêtes peuvent être faites dans la simplicité, le secret est dans l'organisation. J'aime réfléchir sur des trucs compliqués, même si la plupart du temps j'abandonne mes idées parce que je m'enfonce dans une théorie sans queue ni tête. J'aime les gens, socialiser et je me fiche un peu de ce que les gens peuvent penser de moi. J'ai des intérêts diversifiés, mais qui ne touchent pas ou à peu près pas à des choses superficielles. J'aime la mode, mais je ne suis pas une grande affectionneuse de grandes marques. Un jeans et un haut très simple peuvent me convenir à la perfection comme une robe de soirée chic peut m'aller à ravir dans un contexte où elle est supposée être. J'aime la musique, même la composer. Je joue de la guitare, d'ailleurs, et un peu de percussions. J'ai suivi des cours de tam-tam, mais j'ai dû abandonner car je n'avais pas de temps pour poursuivre avec mes cours. J'aime le yoga, les différentes cultures et les choses qui peuvent paraître insensées mais qui pour moi débordent de sens. Je suis une personne assez spéciale, mais lorsqu'on me connaît bien on voit que je suis parfaitement normale dans mon anormalité.
Aime Pas : Je n'aime pas l'hiver, en fait j'ai horreur du froid. Je n'aime pas non plus les gens qui se ventent et qui ont besoin de l'argent pour se donner un genre. Je déteste ceux qui copient et les gens qui mentent. En fait, la simplicité, l'honnêteté et l'intégralité d'une personne sont des choses en lesquelles je crois. Si quelqu'un n'est pas vrai, ou se prend pour un autre si vous préférez, il ne sera probablement jamais dans mon cercle d'amis...Même si je peux supporter ce genre de personnes. Je n'aime pas les orages, sans raison particulière sauf que ça me stresse à un tel point, vous ne pouvez pas vous imaginer! Je n'aime pas les gens négatifs, en fait ils me tappent sur les nerfs. Je déteste rester assise sans rien faire et j'ai besoin d'action, de m'éclater un peu. Je n'aime pas me fondre dans le décor et rester discrète, je l'ai fait trop longtemps dans le passé sans doute, il me faut rattrapper le temps perdu. Je déteste d'ailleurs la notion du temps, ça nous enlève des moments précieux. Il y a beaucoup de choses que je hais ou que j'aime, mais ce serait excessivement long à nommer. Vaut mieux le découvrir par soi-même.
Qualités : Je suis une personne intègre. C'est probablement un point qui ressort énormément de ma personnalité. Je me mets dans l'ambiance, et j'arrive à y prendre ma place. Je suis fonceuse, déterminée et je n'ai pas peur du ridicule. Je suis une personne à l'écoute, mais assez directe et qui n'aura pas peur de montrer les choses en face, même si elles ne sont pas très agréables. Bien entendu, j'arrive à garder des secrets et à ne pas tout cracher au visage des gens, c'est probablement ce qui fait de moi une personne assez à l'écoute. Je suis une fille plutôt intelligente et culturée, j'ai d'ailleurs une certaine force linguistique. Probablement un don de communication, car j'adore prendre contact. J'essaie d'ailleurs d'apprendre l'allemand avec mon grand-père par correspondance téléphonique. C'est assez compliqué, mais je pense me débrouiller assez bien. Je suis une personne généreuse et qui aime passer du temps de qualité avec n'importe qui. Je ne suis pas gênée ou embarassée par les gens à faibles revenus, d'ailleurs je les préfère souvent aux riches, beaucoup moins terre-à-terres. Je suis une fille drôle, qui déteste lorsque l'ambiance devient trop lourde. En un clin d'oeil, il paraît que je peux détendre une atmosphère. Nullement timide, je discute de tout et de rien, même si je sais parfois que j'ai l'air parfaitement ridicule et que je parle trop. Mais j'imagine qu'il en faut..Sinon, si je ne parlerais pas, qui le ferait à ma place?
Défaut : Je parle trop. C'est très visible et après une heure avec moi, certains ont déjà une énorme migraine. Je ne peux pas m'arrêter, c'est plus fort que moi. Je peux tenter de me maîtriser mais l'envie de m'exprimer est souvent plus forte que tout. Je suis aussi une personne parfois un peu trop directe, ce qui peut blesser certains. Je fonce un peu trop, ce qui peut être intimidant. Mon caractère n'est pas bien balancé, il faut croire, car mes défauts sont des qualités et l'inverse est aussi probable. Je suis une cachotière, et j'ai tendance à camoufler mes anciennes défaites parce que je suis orgueilleuse. Je suis colérique à mes heures et je suis aussi excessivement impatiente. Je ne suis pas jalouse, mais ça se rapproche un peu de ça par moment. J'aime avoir de l'attention, sans en être le centre même si ça me plaît indubitablement. Je suis aussi un peu immature d'après moi et il m'arrive souvent de me mêler de ce qui ne me regarde pas. Un de mes péchés mignons : avoir absolument raison sur tout. Sinon, un autre point qui est plutôt désagréable, je ne suis pas du tout ordonnée et je laisse souvent traîner des tas de trucs que j'égare par la suite. L'organisation, c'est pas mon truc. Ce serait plutôt l'improvisation.
Style vestimentaire : Il change à chaque fois que je m'habille. Je n'ai pas de style précis, pour tout dire. Je mets ce qui me plaît, ce qui exprime comment je me sens. Il n'est d'ailleurs pas rare de voir sur moi des vêtements qui sortent de l'ordinaire. Nullement complexée par ma personne, j'aime bien provoquer sans pourtant être vulgaire. Je suis une grande amateure de robes du soir pour les grandes fêtes, comme des jeans et des vêtements excentriques et courts. Je suis une adepte des mini-shorts et des hauts extravagants. Les sous-vêtements sont tout de même mon péché mignon, ce qui n'est même pas surprenant, d'après les dires de ceux qui ont le malheur de venir faire du shopping avec moi pendant des heures chez Victoria's Secret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Fae Milosevic
Seconde Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 389
Age : 29
Mon Année scolaire : 2ième année
Ma Pensé actuelle : Moi, penser?
Date d'inscription : 30/09/2007

/!\ A savoir /!\
Mes secrets ...:
Mon personnage se trouve ici:

MessageSujet: Re: Eden Fae Milocevic [Terminé!]   Dim 30 Sep - 8:17

Signe Particulier : J'ai une tache de naissance qui forme une étoile sur mon omoplate. C'est bizarre, en fait certains le confondent avec un tatouage mais ce n'en est pas un.

III. Et enfin ...


Avatar : Inguna Butane
Comptes : Mis-à-part celui-ci, aucun!
Prénom ou Pseudo : Emesele (MSL) sur le net. En dehors, vous avez qu'à trouver les trois prénoms qui vont avec le M.S.L ^^ .
Girl or Boy : Une Femme!
Âge : 18 ans et presque un mois.
Combien de jours par semaine pouvez vous venir sur le RPG ? : Tout dépend, parce que mes horaires sont très bloqués ces temps-ci. Entre les études, les proches et Mr.Nobody, j'essaierai de venir le plus souvent possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rachel N
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Eden Fae Milocevic [Terminé!]   Dim 30 Sep - 11:34

Biienvenuue !! Bah diis donc xD Tant a eu du courage parce que moii xD
Revenir en haut Aller en bas
Jason Fleyck
Seconde Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 186
Age : 25
Mon Année scolaire : Deuxième
Ma Pensé actuelle : Je fais quoi aujourd'hui ?
Mon Rêve : Un rêve ? D'être un jour célèbre, peut-être !
Date d'inscription : 23/09/2007

/!\ A savoir /!\
Mes secrets ...:
Mon personnage se trouve ici:

MessageSujet: Re: Eden Fae Milocevic [Terminé!]   Dim 30 Sep - 11:58

Bienvenue !
Je suis épaté par ta présentation !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake West
Seconde Année
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1062
Age : 29
Mon Année scolaire : La seconde ... vivement la fin, quoi que, je m'amuse bien !
Ma Pensé actuelle : Il me faut une petite amie pour une semaine maximum ...
Mon Rêve : Devenir chieur professionnel xD non je ne sais pas
Date d'inscription : 30/08/2007

/!\ A savoir /!\
Mes secrets ...:
Mon personnage se trouve ici:

MessageSujet: Re: Eden Fae Milocevic [Terminé!]   Dim 30 Sep - 12:13

C'est une excellente fiche (que j'ai lu jusqu'au bout :^_^: ) donc je te valide, bravo et bienvenue !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justin Vicelli
Troisème Année
avatar

Masculin
Nombre de messages : 271
Age : 30
Mon Année scolaire : 3ème
Ma Pensé actuelle : Beati pauperes spiritu
Mon Rêve : Devenir journaliste
Date d'inscription : 16/09/2007

/!\ A savoir /!\
Mes secrets ...:
Mon personnage se trouve ici:

MessageSujet: Re: Eden Fae Milocevic [Terminé!]   Dim 30 Sep - 15:01

Bienvenue ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serena Atwood
Seconde Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 679
Age : 25
Mon Année scolaire : Seconde année
Ma Pensé actuelle : Profite de la vie, sourie sans te soucier du mal.
Mon Rêve : Les reves ne sont que la réalité d'un point de vue optimiste.
Date d'inscription : 17/09/2007

/!\ A savoir /!\
Mes secrets ...:
Mon personnage se trouve ici:

MessageSujet: Re: Eden Fae Milocevic [Terminé!]   Dim 30 Sep - 15:02

Magnifique présentation =] !
Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Fae Milosevic
Seconde Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 389
Age : 29
Mon Année scolaire : 2ième année
Ma Pensé actuelle : Moi, penser?
Date d'inscription : 30/09/2007

/!\ A savoir /!\
Mes secrets ...:
Mon personnage se trouve ici:

MessageSujet: Re: Eden Fae Milocevic [Terminé!]   Dim 30 Sep - 21:54

Merci des compliments, en fait j'étais assez inspirée c'est pour ça ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eden Fae Milocevic [Terminé!]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eden Fae Milocevic [Terminé!]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Overture d'un commerce] L'Etal d'Eden
» Soirée initiation EDEN au club
» Eden jeu d'escarmouche
» EDEN, le retour ?
» Période d'essai terminée : Gray

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lifestyle :: || Le Forum || :: Casting :: [Fiches Validées]-
Sauter vers: